Serge Diakonoff a été le premier à peindre sur la peau et présenter cette démarche comme une expression nouvelle dans le domainde du portrait. Dès 1978, il a publié plusieurs ouvrages dont "A fleur de peau" et "Métamorphoses" qui font aujourd'hui figures de référence.

Ce texte est la préface du livre "Peinture-Maquillage" de la compagnie "Tableaux Vivants".

Le portrait . . . visage tant reproduit, tant photographié.
Le portrait n'a pas tout dit,
Il trouve sa nouvelle expression, sa nouvelle graphique.
Son langage et sa signification ont changé.
Le portrait n'est plus seulement un aide -mémoire.
La photographie lui a ravi cette fonction.
La mémoire s'est réfugiée dans l'album mille-feuille
Le nouveau portrait crie, revendique, se raconte.
Il devient acte de théatre .Comme le masque au long cours
il est l'ancêtre, il est l'animal.
Il est métal . . . il est le feu, il est le bois. Il est divin, il est magique.
Ce portrait a déchiré la toile, il est peint sur la peau.
Sa vie est brève. L'écran entre le peintre et son modèle
a disparu. L'oeuvre achevée échappe au peintre.
Le modèle porte un masque à sa propre image.
Osmose à travers l'épiderme entre la peinture et la nature
de l'être. Portrait devenu vivant, son existence peut dès lors
s' épanouir dans le domaine du rêve et tenter d'aborder aux peu
accessibles rivages de la poésie.
La fonction première de l'artiste n'est pas de créer le beau,
l'esthétique, l'élégant, mais d'être même modestement, le témoin
de son temps, d'exprimer une part de la pensée collective,
de parler au nom de ceux dont on partage la culture.

Serge Diakonoff

Nous vous conseilons le livre "PEINTURE MAQUILLAGE" que vous pouvez commander au 01 40 35 02 07.

De la peinture corporelle...

LA PEINTURE CORPORELLE EST LA PREMIERE FORME D’EXPRESSION PLASTIQUE UTILISEE PAR NOS ANCETRES. C’EST UNE TRADITION ANCREE DANS NOS RACINES. DEPUIS L’AUBE DE L’HUMANITE, ELLE EST PRESENTE SUR TOUS LES CONTINENTS. AVANT MEME QUE LE LANGAGE DES MOTS N’EXISTE, ET BIEN AVANT QUE LA PREMIERE PIERRE NE SOIT GRAVEE, L’HOMME APPOSE DES PIGMENTS A MEME SON CORPS POUR AFFIRMER SA PERSONNALITE ET SE SITUER PAR RAPPORT A SON ENTOURAGE.

On emploie les couleurs sur le corps, en leur conférant des pouvoirs magiques, symboliques et protecteurs, lors des cérémonies mystiques qui marquent les événements importants de la vie dans une communauté. Chaque marque a un sens connu et respecté de tous. Chacun s’affiche affublé des couleurs de la tribu à laquelle il appartient. A l’intérieur d’un même clan, chaque membre exprime sur son corps son rôle et sa position sociale. La peinture corporelle occupe la fonction de la carte d’identité d’aujourd’hui. Quand deux groupes d’individus se rencontrent, ils savent, par une lecture immédiate de leurs apparences, interpréter les intentions du groupe adverse, pacifiques ou guerrières.
Chaque épreuve importante de la vie trouve un prolongement pictural. Les grandes fêtes organisées dans les tribus sont des exutoires où, en état de transe et métamorphosé par les peintures qui le protègent des esprits malfaisants, l’homme se permet tous les exorcismes et toutes les folies. Les anciens veillent à limiter les excès, ils sont responsables de la sécurité du groupe et canalisent les délires des plus jeunes. Ces rituels sont encore pratiqués dans certains pays de la planète. C’est la plus ancienne forme de thérapie et sûrement aussi l’une des plus efficaces. La civilisation moderne a rongé l’univers spirituel et l’espace vital de ces peuples survivants d’un autre âge.

à la peinture-maquillage

IL N’Y A PAS DE SUPPORT PLUS MERVEILLEUX POUR LA PEINTURE QUE LE CORPS HUMAIN. SES RELIEFS NATURELS QUE L’HOMME MET EN MOUVEMENT D’UN GESTE OU D’UN SOURIRE ANIMENT LES MOTIFS MULTICOLORES QUI PRENNENT AINSI TOUTES LEURS DIMENSIONS.

Ces tableaux vivants, habillés de fantastique et d’irréel, révèlent plus qu’ils ne cachent. Au fait de se démarquer, et s’identifier à un autre, se superpose l’idée de porter un décor pensé pour soi-même, décor qui vient prolonger le vêtement et accentuer le désir de séduction. L’insolite et l‘exceptionnel passent dans le quotidien. Pendant quelques heures, les interdits sont suspendus, on ose des situations qui attirent et retiennent l’attention. Dans ce contexte, les peintures-maquillages prennent tout leur sens car c’est leur raison même d’exister que d’être vues par d’autres…
Promenez-vous dans la rue le visage "curieusement maquillé", les réactions déclenchées sur votre passage seront multiples, du simple sourire au regard ébahi, en passant par la moquerie, la surprise, l’admiration ou la crainte.
UNE FORMULE A DEUX COMPOSANTES :PEINTURE-MAQUILLAGE
Cet art original et nouveau avait besoin d’un terme pour le définir avec précision. Le terme anglais de "body painting" ne s’adaptait pas à la langue française. Les professionnels emploient toujours ce terme, mais pour des besoins de compréhension le terme français peinture-maquillage s’imposait.
Elle a pour but de modifier les traits d’un individu et d’agir sur l’entourage de celui-ci. Elle provoque chez le protagoniste l’acte de théâtre. Partout où il se trouve les regards se concentrent sur lui, l’anonymat et la discrétion sont impossibles, le modèle est propulsé sur une scène dont il est le centre.

Claude Giordano (Extrait de livre Peinture-maquillage)

Les principales précautions à observer :

Les nombreuses et différentes natures de peaux peuvent parfois poser problèmes. En garantissant une bonne hygiène de votre matériel vous éviterez de propager les maladies et de provoquer des irritations. Voici quelques conseils pour vous permettre de réagir positivement face aux cas les plus courants.
Vous pouvez peindre sans risque les cicatrices et autres marques anciennes, brûlûres, dépigmentations… également les peaux malades de type : eczémateuses, sèches ou acnéiques, mais vous deevez ensuite isolez les éponges et les pinceaux que vous avez employés sur ces personnes afin d’éviter tout risque de contagion. Vous attacherez une attention particulière au nettoyage de ce matériel (savon de Marseille et éventuellement un peu d’alcool pour les pinceaux).
Vous ne peindrez par contre sur aucune plaie, qu’elle soit ouverte, purulente, en cours de coagulation, très récente et en cours de cicatrisation.
Vous éviterez de toucher une peau présentant des plaques bousoufflées en relief accompagnées de rougeurs où une multitude de petits boutons rouges.
Sur les peaux fortement rougies par le soleil, les produits peuvent provoqués des sensations de démangaisons qui sont désagréables.
Méfiez-vous des yeux irrités, enflés, rougis ou humides : ils souffrent peut-être de conjonctivite, n’y touchez pas c’est une maladie très contagieuse. Au moindre doute, isolez votre pinceau et nettoyez-le.
En règle générale, travaillez toujours sur une peau très propre.
Vous pouvez peindre sur un fond de teint classique ou une peau déjà fardée, mais signalez bien à votre modèle qu’elle devra se démaquiller en deux temps, et ôter tout d’abord les couleurs à l’eau claire avant d’utiliser son lait démaquillant habituel. Rappelez régulièrement aux gens que vous peignez qu’il faut ôter les couleurs avec de l’eau claire et non savoneuse.

“Je ne sais pas dessiner”

CETTE AFFIRMATION NOUS EST SOUVENT ADRESSEE LORSQUE NOUS PROPOSONS A UN ADULTE D’ESSAYER LA PEINTURE-MAQUILLAGE. LES MEMOIRES RESTENT MARQUEES PAR LES DIFFICULTES RENCONTREES A L’ECOLE LORS DES COURS DE DESSIN. L’ABSENCE DE SATISFACTION LORS DE CES REALISATIONS S’EST TRADUITE PAR L’ABANDON DEFINITIF DES COULEURS ET AUTRES CRAYONS. DOMMAGE, CAR IL N’EST PAS NECESSAIRE D’ETRE DOUE EN DESSIN POUR REALISER UNE PEINTURE-MAQUILLAGE.

Le contact avec le corps humain modifie tout et, quoi qu’il en soit, votre peinture vivra. Les points communs entre un individu et une feuille de papier sont rares. Le visage est, pour le plasticien, un volume souple et habité. Il vous regarde, vous parle et le graphisme est toujours amplifié par la mobilité du personnage. Créer sur la peau, c’est parcourir du bout des doigts des formes. Vous apprécierez ces sensations, elles sont agréables. Il suffit d’oser cette autre approche de la peinture et vous effacerez de votre souvenir les tentatives passées laborieuses. La peinture-maquillage est la passerelle qui va vous réconcilier avec les arts graphiques.
Utilisez les techniques de ce livre. Inspirez-vous des images que nous vous présentons, mais ne les prenez pas comme modèles, évitez toute reproduction. Pensez que les particularités de votre modèle sont les sources de votre choix. Laissez-vous aller à goûter cette joie et commencez sur votre visage.
Observez sous vos doigts l’évolution progressive de ce visage familier que vous pensiez bien connaître. C’est un regard neuf que vous portez sur vous-même en modifiant votre apparence. Vous ne vous êtes jamais vu comme cela.
Les enfants l’ont bien compris, ils sont naturellement attirés par la manipulation des couleurs. Elles agissent sur eux comme de puissants aimants. Cette spontanéité est à prendre en exemple.

L'été dernier, un producteur de spectacle me contact complètement paniqué, la tournée qu'il produit est programmée sur plusieurs semaines et les artistes engagés (en l'occurrence des indiens du Karnataka) de menacent de tout plaquer. Nous avons des problèmes avec les peintures de corps m'annonce-t-il, il nous faut un spécialiste sur place d'urgence.
Me voilà partis pour Blois, en fait plutôt qu'un spectacle il s'agit d'une cérémonie rituelle particulièrement impressionnante qui se déroule une fois l'an en Inde: la danse Nari Puli des Enfants Tigres.

Les problèmes rencontrés étaient multiples, Umesh, l'artiste peintre qui réalisait ces peintures en Inde une fois dans l'année devait maintenant les réaliser tous les jours et même deux fois par jour ! Puisque la première représeentation était a 14h30 et la seconde à 20h30. Cinq modèles, dix body painting dans la journée, vous imaginez la quantité de travail... Ils étaient tous épuisés. Un des danseurs présentait déjà une allergie cutanée bien présente sur plusieurs parties du corps.
Ajouté à cela que la production lui avait (heureusement) imposé d'utiliser des produits de maquillage professionnel (en l'occurence les aquas de Kryolan) qu'ils ne maitrisaient pas puisqu'il les découvraient. En Inde, il travaille sur les corps une fois l'an avec des peintures conçues pour la décoration (probalement à base acrylique), les modèles restent d'ailleurs peints plusieurs jours d'affilés, ce qui peut se tolérer dans le cadre exceptionnel de cette festivité traditionnelle et au vue de l'engagement mystique des participants. Les erreurs des organisateurs qui avaient imposés ce planning infernal sans prendre en compte les difficultées spécifiques liées a cet art corporel frôlait l'inconscience, ont avait même franchis les limites de la légalité si l'on tenait compte de l'âge qu'avaient les modèles. En fait, c'est le contexte même qui consistait à transformer en représentation théâtrale hors cadre, une cérémonie rituelle lui faisant perdre du même coup son caractère exceptionnelle et aussi partie de sa magie.
Finalement, je suis intervenu pour réquiper convenablement l'artiste, matériel de projection et couleurs adéquate ainsi que l'abaissement du rythme des séances à une par jour ont permis la poursuite de cette tournée qui c'est, comme prévu, terminée à l'exposition universelle d'Hanovre. C'est cette occasion que j'ai pris ma plume pour rappeler au producteur points suivants. Ces règles de bases qui devraient normalement être connus et appliquer par tous body painter sont trop souvent ignorés ou bien encore ouvertement sacrifées sur l'autel du rendement financier des entrepreneurs de spectacles indélicats.

Les limites d’utilisation de la peinture corporelle.

Lors de représentations consécutives et quotidiennes, il convient d'éviter d'avoir a réaliser sur un même corps plus d’une peinture sur peau par jour.

Les retouches, nécessaires lors de créneaux horaires difficiles sont «autorisées». Elles doivent néanmoins rester exceptionnelles et effectuées le moins souvent possible. En aucun cas elles ne doivent être prises pour règles et pratiquées de façon répétitives.

Dans le cas de créations réalisées tous les jours, et/ou plus de trois jours de suite, un suivi médical dermatologique doit être organisé dès le premier signalement d'inflamation dermique (rougeur, petits boutons, désèchement, picotement...) et plus généralement dans le cas où apparaît un problème anormal sur la peau.
Si l'un des modèles signal une sensation de brûlure, il est impératif de cesser immédiatement l’application du produit et de consulter rapidement un dermatologue en se présentant à lui avec l’ensemble des produits utilisées et de leurs notices (crèmes de soins comprises).

Les fatigues engendrées par ce travail, tant pour l’artiste que pour les modèles sont considérables. En conséquence des plages de repos sont indispensables et le planning doit être parfois réaménagé de façon a permettre l’exécution du travail de création et, de fait, la préparation du spectacle dans les meilleures conditions possibles.

Les pressions sont d’ordres physiques et psychologiques, il est essentiel de rester attentif à l’apparition de tout symptôme éventuel et de prendre soin à établir une protection particulière de l’espace de création. L’accès visuel aux loges où le périmètre immédiat de la scène lorsque la peinture corporelle est réalisée en démonstration doivent être particulièrement préservés.

Les comédiens/danseurs impliqués dans ces «spectacles» vivent des moments d’exception. Ils se mettent en danger lors des représentations. L’usure liée à cet énorme investissement d’énergie est incommensurable. Quand une tournée de ce genre est organisée le doublage des artistes doit être instauré. Si ce dernier n’a pas été envisagé, il faut organiser un roulement de manière à permettre des journées de repos au rythme minimum d’un jour sur quatre.

Body Painting: Techniques d’utilisation

La fréquence des peintures corporelles réalisées lors de tournées spectaculaires implique l’utilisation de produits professionnels, légalement enregistres, de hautes qualités.
Les produits disposant d’une base «aqueuse» sont donc très fortement conseillés.Ces couleurs peuvent normalement être employées à haute fréquence sans risque.
Ces produits ne sont pas pour autant la panacée, ils imposent quelques contraintes:
 - Limiter au maximum les forts contacts entre les corps des danseurs et/ou entre les corps et les éléments scéniques: sol, murs...
 - Eviter les grosses sudations. La sueur est une réaction naturelle de la peau, elle ne peut être absente de l’action physique. Nous ne disposons pas aujourd’hui de moyen nous permettant de la stopper, mais il est possible d’en limiter la porté.
 Quelques conseils:
 - Réaliser les peintures le plus en amont possible des spectacles, les créations terminées une heure avant la représentation sont plus résistantes et stables.
 - Vérifier l’hygrométrie et la température de la loge et de la salle, 22°/ 25° est le créneau de température idéale, tant pour le confort des modèles que pour la fixation des peintures (climatisation et à défaut ventilation souhaitée).
 - Alterner dans la chorégraphie les efforts intenses et les phases statiques ou semi-statiques. Cinq minutes d’action rapide peuvent dégrader sensiblement une peinture corporelle (parfois une ou deux minutes «bien folles» suffisent).x
Le gain de temps.
Le facteur horaire des créations sur support vivant est un élément très important. En conséquence il est essentiel de tout mettre en oeuvre pour le diminuer au strict minimum, surtout sur une tournée. L’utilisation de la peinture par projection pour l’artiste lors de la réalisation des fonds pour les peintures intégrales est «quasi-indispensable».

 

 

La peinture-maquillage ?
histoire d'une passion. Elle nous rassemble ...
Qui dit tableaux, pense peinture.
Qui dit vivants, entend ... tout ce qui bouge.
Nos mains sont des palettes,
nos doigts des pinceaux.
Experts de la couleur en mouvement,
nous sommes des peintres-maquilleurs.
Notre joie ? Eclairer visages et corps,
de nos pinceaux multicolores.
C'est anisi qu'à notre contact,
petits et grands deviennent ces fantastiques personnages
qui se transforment et s'émerveillent.
Dans l'étonnant reflet du miroir,
naissent d'éphémères métamorphoses.
Sous les regards du public témoin,
l'acteur dans son rôle se révèle.
Plaisir d'une rencontre,
rêve d'un instant sacré,
naissance d'un autre langage.
Nudité finement protégée,
à fleur de peau colorée.
Interdits coutumiers joyeusement transgressés.
Dans la tradition aujourd'hui oubliée,

 
Précédent

Contacter Tableau-Vivant

Menu Haut de Page